#3 – VOL AU-DESSUS D’UN NID DE PENSÉES

Article par Valérie Mauny

APPRENEZ À VOUS DÉTACHER DE VOS PENSÉES NÉGATIVES EN 5 MINUTES !

Dans l’article #2 « Les câbles à vif » vous avez pu constater avec joie que notre cerveau sait faire preuve d’élasticité neuronale afin de s’adapter à nos évolutions internes, à nos évolutions de pensées.

  • OK, c’est super mais comment fait-on évoluer nos pensées ?
  • Tout d’abord, grâce à des exercices de rééducation répétés.

Matthieu Ricard, le moine bouddhiste le plus célèbre de France, parle « d’entrainement de l’esprit », ce qui implique que le cerveau est un organe semblable aux muscles, que l’on peut entraîner.

Alors équipez vos synapses d’une paire de Nike, enfilez un body ‘Pump It Up’ à votre hippocampe, car ça va déménager !

Step 1 : Comme on l’a vu, le cerveau a pu engrammer l’insécurité et la peur. Ce qui veut dire qu’à l’inverse, il peut engrammer la sécurité et la joie. Pour ça, il faut juste le remettre à l’entraînement !

  • OK et comment je fais, moi ?!!

La base pour tout changement psychique et émotionnel durable, c’est le travail régulier et la répétition inlassable d’exercices.

Alors, vous le collez sur son vélo synaptique, vous vous assurez qu’il respire confortablement et vous l’entraînez à observer ses pensées.

  • Mais comment je peux regarder mes pensées ?

La seule méthode que je connaisse, c’est de prendre chaque jour 5 minutes et de les noter, sans filtre et sans jugement.

Cet exercice n’est pas évident au début car la plupart du temps, nous n’avons pas conscience de ces petites phrases qui tournent en boucle. Là est d’ailleurs la difficulté puisque le but est de prendre conscience de pensées inconscientes.

  • Wow, vous avez déjà essayé vous ?!
  • Bien-sûr !

Et autant vous dire que quand je suis arrivée tout sourire devant mon notebook, armée de mon stylo, de mon armure de patience et mon heaume de courage, grande fût ma déception !

Car voilà ce que j’ai pût extraire de mon cortex préfrontal : « C’est pas facile de noter ses pensées… ».

  • Ah ! ah ! ah ! la bataille n’est pas gagnée effectivement !!
  • Ne riez pas car c’est comme tout, ça demande de l’entrainement. Alors, j’ai persévéré. Et croyez-le, ce fût chaque jour plus simple, plus fluide et plus agréable !

Puis, souvenez-vous, la finalité de cet exercice c’est de « choper au vol » ces pensées aux contours flous, qui jusque-là étaient impalpables et insaisissables.

Alors une fois couchées sur le papier, elles font moins les malines et vous pouvez les regarder droit dans les yeux !

C’est comme identifier son ennemi (on parle bien ici des pensées négatives et autres ruminations) et pouvoir enfin l’observer et se placer comme « au-dessus ».

A partir de là, tout est possible puisque nos pensées prennent vie !

On peut alors les faire pivoter, les retourner, les simplifier, en mettre certaines de côté, les remplacer par des pensées positives, les actualiser et même les supprimer quand celles-ci sont fausses. Je développerai bien-sûr cette étape d’élagage ultérieurement.

Ceci étant fait, revenons au Step 2 de notre Cortex training :  maintenant que vous êtes bien à l’aise dans votre body (& soul now !), vous allez prendre un dopant 100% naturel, une haltère cérébrale incroyable qui va pimper vos pensées : l’ancrage !

  • Qu’est-ce que c’est que ça encore ?
  • C’est un super outil !!

Vous découvrirez combien il vous sera utile dans mon prochain article !

Photo by Karl Fredrickson on Unsplash

Laisser un commentaire