#antiquoi ?!

Article par Valérie Mauny

😟 Ce matin, je découvre avec effroi et naïveté le #anti2010.

🤬 AVEU N°1 : Mes premières pensées, totalement inavouables, ressemblent à « si l’on touche à un cheveu des 2010, je m’occupe personnellement de 2009, 2008 et 2007 et ils vont vivre un enfer » et encore là, j’ai arrondi les angles pour les besoins de l’écrit…
Pensées violentes qui posent question sur mes pulsions 🙄. Mais comme à mon habitude, j’accueille ma part d’ombre et laisse mon dragon interne s’exprimer.

🤬 AVEU N°2 : Alors même que j’écris cet « article » à destination de mon blog et des réseaux, je me dis « Que les réseaux sociaux sont pauvres, je les déteste… »
Là aussi, ça questionne sur mon ambivalence et cette Love & Hate relationship permanente que j’entretiens avec eux : comme beaucoup, je m’en sers pour être visible et nourris sans le vouloir un narcissisme malsain mais je passe mon temps à dire combien ils sont déplorables, lamentables et vides de sens 😒.



ALORS, QU’EST-CE QUI M’A LE PLUS DÉRANGÉ DANS CET #ANTI2010 ?

❓ Ce mouvement « anti2010 » voué à traumatiser une génération d’élèves qui n’a rien demandé ?
❓ Ou le fait que ça devienne un hashtag et que le propos soit diffusé à l’endroit le plus pauvre de l’Inconscient collectif, càd les réseaux sociaux ?
❓ Ou que la plupart des médias qui s’en emparent soient faussement intéressés par le Message mais se lèchent les babines aux vues des qualités télégéniques du Médium, le fameux hashtag # = froid, massif et pauvre ?

Selon le théoricien canadien, Marshall McLuhan, « un média est dit froid lorsqu’il encourage la participation de son audience, dès lors qu’il lui fournit peu d’informations. ».


En d’autres termes, les médias froids demandent de la part du sujet une participation très importante pour compenser la pauvreté ou le flou de l’information. 

ET C’EST JUSTEMENT LÀ QUE ÇA COINCE !

😬 Que voulez-vous que nos enfants fassent d’un hastag ?
😤 Comment voulez-vous que eux (le sujet) participent et s’emparent d’un contenu aussi vide qu’un # ?

En 1964, le controversé théoricien des médias avait écrit « the Medium is the Message » ou en français « Le Message, c’est le Médium ».
À travers sa théorie visionnaire, ce génie démontra que la façon dont nous recevons l’information (the Médium) est plus importante que l’information elle-même (the Message).

Dans cet exemple précis du #anti2010, cela signifie que les effets néfastes du #anti2010 sont plus produits par le médium, les réseaux sociaux, que par le message lui-même.
C’est l’échelle massive de diffusion des Tik Tok, Facebook et consorts qui sont plus dommageables pour nos enfants que le message en lui-même.

Le message lui malheureusement existe depuis bien longtemps :
❗ Les grands qui embêtent les petits ont toujours existés,
❗ Les patrons despotes qui pourrissent la vie de salariés vulnérables sont légion,
❗ Le bizutage n’a toujours pas disparu.

😔 Ce sont bien ces mediums et leur échelle démesurée qui donnent la boule au ventre à des milliers d’enfants ce matin 😢.

J’AI ENVIE DE CLAQUER LA PORTE DU WEB ET JE NE LE FAIS PAS…

Est-ce une stratégie pour ne pas quitter l’ennemi de vue ?
Faut-il former un cercle autour d’une menace pour l’éviter ?
Faut-il voler autour des lignes à haute tension tant qu’il y a du brouillard ?

Je n’ai pas la réponse mais je sais qu’un Message n’a pas la même qualité selon le Medium qui le diffuse.

Alors choisissons avec précaution la façon de diffuser et d’exprimer nos informations et privilégions un maximum la voix et la parole.

parlez, discutez, débattez, échangez, exprimez, confiez !!!

👊👊👊 The revolution will not be televised !

Photo by Noah Buscher on Unsplash

Laisser un commentaire